In memoriam Etienne RENAUD


Parcours
---> biographie
---> références

Ecrits
---> articles
---> homélies

Iconographie
---> aquarelles
---> photos

Témoignages
---> messe à Marseille
---> messe à Paris
---> autres

> Association "Les amis d'Etienne Renaud"

> Contacts




     
x retour page principale

témoignage de Nicole Renaud, nièce d'Etienne

Etienne fut un oncle très proche pour moi, comme je pense pour mes frères et soeurs, mes cousins, cousines mais aussi pour les plus jeunes générations. Son décès soudain nous atteint dans notre chair. C'est une voix bien connue et bien précieuse qui s'éteint, une voix gravée profondément en nous.

Enfant je me souviens des jeux de "boite" à la bergerie, des ballades et de toujours beaucoup de gaieté quand Etienne était là. Adolescente j'ai de merveilleux souvenirs de Rome et du Pisai, de ce très beau palais romain où il nous avait si bien reçu avec ses confrères Pères blancs. Plongée privilégiée dans sa vie très riche tissée de spiritualité, d'intérêt pour l'islam et le monde arabe, de rencontres et d'ouverture. Plus tard je n'ai cessé de le croiser à Paris, à New York, à Chénereilles, à Aix, toujours pour des moments d'échanges très ouverts et riches et en même temps de bons fous rires et une complicité naturelle qu'il semblait cultiver avec tous.

L'année dernière lors du décès de mon père, Dominique Renaud, j'avais été frappée comment Etienne qui pourtant venait de perdre son frère, nous avait accompagné avec ma mère et mes frères et soeurs dans ce deuil avec un tact, une élégance une écoute aimante et respectueuse de chacun. En marge de ce temps de deuil je redécouvrai avec amusement et tendresse son indéfectible tonicité et amour de la vie avec ses baignades matinales dans la rivière fraiche du Célé, avec un short qui lui faisait usage de maillot de bain puis de short à nouveau avec séchage sur lui, tout en cheminant à travers le village! Je retrouvai là mon père spartiate et sportif, intéressé plus par le coeur de l'humain plus que par l'emballage.

Etienne vivait dans une sorte d'éternelle jeunesse, ne se ménageant aucunement. Peut être à l'orée d'un âge plus avancé et plus médicalisé, a t il senti que ce chemin n'était pas pour lui?

Je me sens très privilégiée et reconnaissante de l'avoir si bien connu et qu'il ait ainsi une place pour toujours dans mon coeur et dans ma conscience. Que sa vivacité d'esprit, sa gentillesse, son écoute, son humilité et sa gaieté, soient autant de repères forts et réels pour le slalom de vie qui nous attend.

Je cite pour finir quelques phrases d'une chanson qu'Etienne adorait et qu'il nous avait fait découvrir dans les années 80 lors d'une visite à Rome avec ma famille. La chanson titre du film "The Rose"

"Some say love, it is a river, that drowns the tender reed
Some say love, it is a razor, that leaves your soul to bleed
Some say love, it is a hunger, an endless aching need
I say love, it is a flower, and you, its only seed "

"Certains disent que l'amour est une rivière
qui noie les tendres roseaux
Certains disent que l'amour est un rasoir
qui laisse saigner ton âmeCertains disent que l'amour c'est la faim
une envie qui fait infiniment mal
Je dis que l'amour, c'est une fleur
et toi, son unique semence"


> Télécharger